Une bonne partie des Bretons, surtout rurale, est moquée pour son langue spécifique, le breton ou le gallo. L’école prend des mesures d’autorité pour limiter l’expression en langue locale.